faut-il craindre la méthode Marie Kondo quand on est créa ?
CREATIVITE,  Organisation

La créativité et la Méthode Marie Kondo, est-ce bien compatible ?

Le rangement et la créativité peuvent-ils faire bon ménage ? La question est vite répondue, non ? Il est vrai que, depuis quelques années, la tendance (ultra-)minimaliste de la “papesse” du rangement, Marie Kondo, fleurit partout sur internet. Sa promesse : ranger votre maison changera votre vie ! Et elle semble avoir fait bon nombre d’adeptes. Mais cette méthode est-elle compatible avec toutes les natures ? Oui, qu’en est-il pour nous, les créa ?

Pour pouvoir répondre à cette question, je vous propose une petite “battle”. La méthode Marie Kondo face au chaos de la Créa désordonnée que je connais le mieux : Moaaa. Vous pensez que l’issue est toute tracée, pas si sûre. Je sens que le match va être serré !

Vous êtes prêts ? alors, c’est parti !

Avant tout, présentons en quelques mots les deux candidates.

1. A ma droite ! Marie Kondo, la grande prêtresse du rangement !

Marie Kondo est une consultante et essayiste japonaise, spécialisée dans le rangement. En 2011, à 27 ans, elle publie deux livres: “la magie du rangement” et sa suite, “Ranger, l’étincelle du bonheur“. En 2018, les deux livres s’étaient vendus à plus de 8 millions d’exemplaires, partout dans le monde. Un chiffre impressionnant qui, pour certains, est un véritable gage de crédibilité.

Marie Kondo en train de plier des vêtements dans des boîtes rose pâle, fond rose pâle du mur. Le tout dans une ambiance aseptisé et minimaliste.
Marie Kondo qui range

Sa méthode se résume en 3 étapes “assez” simples :

  • S’engager à ranger : attention ! Pas sérieux s’abstenir. Oui, parce que “La vie ne commence vraiment que lorsqu’on a remis de l’ordre chez soi.” ça met la pression, direct.
  • Faire un Tri par catégorie (vêtements, livres, papiers et souvenirs) et non par pièce : comme les humains, les vêtements se détendent mieux en compagnie de congénères qui leur ressemblent. Par conséquent, en les classant par catégories, vous les aidez à se sentir plus à l’aise et en sécurité. Personnellement, j’ai connu quelqu’un qui disait la même chose des carottes et qui les remerciait avant de les manger. Est-ce que c’est pareil ?
  • Décider du sort des objets (garder, donner ou jeter) en fonction du niveau de “sparkle of joy“/ étincelle de bonheur, qu’ils vous procurent.

J’ai pointé du doigt les chaussettes en boules. Regardez-les attentivement. Quand elles sont dans le tiroir, c’est le moment où elle doivent se reposer. Pensez-vous vraiment qu’elles peuvent le faire dans cette position ?

Marie Kondo, dans “Ranger, l’étincelle du bonheur

Que répondre à cette affirmation pleine de bon sens ? Il faut que je vous avoue que depuis la lecture de ce passage, je regarde mes chaussettes autrement, mais, je n’ai pas pour autant d’étincelle de bonheur quand je range.

Les avantages du Rangement Marie Kondo en 3 points ?

  • L’efficacité opérationnelle : c’est mathématiques, moins tu as de choses, plus elles sont faciles à trouver. Ce qui ne veut pas forcément dire que tu trouveras ce que tu cherchais réellement, mais juste ce qu’il te reste après avoir tout jeté. Il faut être réaliste.
  • La voie vers la paix de l’esprit, ton esprit sans doute… mais surtout celui de ceux qui veulent que tu ranges. Plus objectivement je pense que nous avons tous un degré différent de tolérance au désordre au-delà duquel la situation devient intolérable. Ce que je définirais comme “un espace de vie” sera perçu comme du désordre pour certains, tout comme ce que je décrirais comme un lieu vide et aseptisé sera perçu comme rangé pour d’autres.
  • La clarté mentale : ranger ton appart, c’est ranger ta tête. Ok, mais une tête bien faite est elle forcément une tête bien vide ?

Penchons-nous à présent sur notre deuxième candidate…

2. A ma gauche, face à Marie Kondo ! Katia, Créa en mode désordre depuis sa naissance.

(Je vous rappelle que si je l’ai choisie, c’est parce que c’est la créa bordélique que je connais le mieux, puisque c’est moi.)

Mon bureau ? Un amoncellement de livres, papiers, objets divers et variés. Tous à portée de main, parce que destinés à déclencher mon inspiration à tout moment, à la demande. Le bol de thé et la tablette de chocolat aussi, d’ailleurs. J’ai longtemps fait souffrir parents, famille, co-locataires, mais à présent, j’ai trouvé mes maîtres : alias mon “partner in crime” et mes deux fils.

Première page d'un journal : daily News, CHAOS !
bureau en désordre, image non contractuelle

Bureau en désordre, image non contractuelle.

Des experts en désordre et pas des moindres

Bon, je n’ai rien écrit sur le désordre, mais je peux me référer à des experts. Saviez-vous que l’illustre scientifique Albert Einstein travaillait sur un bureau particulièrement bordélique. Il affirmait que le désordre stimulait sa pensée créative et que son bureau lui permettait de garder à portée de main toutes ses idées et ses réflexions. D’ailleurs, Albert disait aussi : « Si un bureau désordonné est le signe d’un esprit désordonné, de quoi est donc l’expression d’un bureau vide ? ».

 “L’ordre est le plaisir de la raison, mais le désordre est le délice de l’imagination.” 

Paul Claudel

Ils sont nombreux parmi les artistes , les scientifiques, à faire écho à ce point de vue : Paul Claudel, Roald Dahl, St-Exupéry, Picasso, Salvador Dali, mais aussi Steve Jobs, … Sans doute parce que le concept de sérendipité a souvent joué un rôle non négligeable dans la stimulation de leur créativité.

Qu’est-ce que la sérendipité ?

Et bien, c’est découvrir par hasard, par accident, par chance ou par malchance, une application imprévue à quelque chose, une autre application que celle à laquelle on pensait et de s’en rendre compte.

C’est l’histoire bien connue de Fleming. Revenant de vacances dans un laboratoire laissé en désordre, le chercheur constate sur sa table d’ouvrage, en contemplant ses préparations moisies à cause des miettes de ses sandwiches au fromage tombées dedans par hasard, l’existence d’une moisissure un peu particulière.

Cette moisissure n’est pas encore la Pénicilline. Non, mais Fleming est en bonne voie, croyez-moi , parce que son esprit est en alerte et prêt à prendre les voies divergentes nécessaires à la création.

“En général, si le désordre engendre la créativité, c’est qu’il permet de juxtaposer ce qui sans lui serait demeuré séparé. L’esprit attentif établira les relations qui s’imposent à lui et procédera à la découverte.”

Eric Abrahamson, dans son interview, Jusqu’où aimer le désordre ?

“Mess is best” ou “Le désordre, c’est mieux “

Il existe une autre voie que celle du rangement, les amis. Arrêtons de culpabiliser. Eric Abrahamson l’explique très bien dans son livre publié en 2008 : “A Perfect Mess: The Hidden Benefits of Disorder–How Crammed Closets, Cluttered Offices, and On-the-Fly Planning Make the World a Better Place” ou en français Un peu de désordre = beaucoup de profit(s): Quand l’organisation laisse place à la flexibilité. Bon, bizarrement, ce livre a fait beaucoup moins de ventes que celui de Marie Kondo. Le désordre ne ferait pas recette ? Coïncidence ? je ne crois pas…

Pour la majorité des gens, l’ordre est un idéal, mais il serait survalorisé. Nous livrons un combat sans merci contre le fouillis au profit de l’organisation, la méthode, le rangement. Les préjugés sont multiples face aux bordéliques qui seraient négligents et inefficaces. Ces préjugés sont ancrés dans nos mentalités, mais quand on se penche sur la question sérieusement, il est étonnant de constater à quel point le désordre peut se révéler efficace et adapté.

Jusqu’où aimer le désordre ?

Je vous épargnerai une description in extenso des méthodes pour faire du désordre. Car elles sont nombreuses, créatives et souvent très personnelles.

Mais, voici, résumé en 3 points, pourquoi “Mess is best” ou le désordre, c’est mieux.

dans un bureau un homme d'affaires a osé classer dans un ordre différent le classeur n°2 en le mettant entre les classeurs 3 et 4 et ils s'exclame : soyons fous !
  • L’ordre a un coût, Il n’est pas gratuit. Il nécessite du matériel, des applications, une gestion hiérarchique et donc du personnel. Il n’est pas certain que les dépenses engagées soient justifiées par les bénéfices induits. Le désordre à mettre en place est beaucoup moins coûteux.
  • Le désordre est créateur. Des études conduites par Kathleen Moss, chercheuse en sciences de la psychologie à l’université du Minnesota ont montré que le désordre pouvait favoriser de meilleurs résultats. Alors qu’un bureau ordonné aide l’esprit à se concentrer sur les consignes à respecter. Ce qui est bien pour une hiérarchie qui recherche des employés plus faciles à gérer. Un environnement désordonné favorise l’esprit créatif et l’innovation et pousse à réfléchir outside the box
  • L’ordre est remplaçable, le désordre, non ! Avant que l’on parvienne à vous piquer vos précieux travaux, vos toiles, vos écrits, ils vont devoir se lever tôt. Félicitations ! Vous êtes tellement bordélique en phase de créa que vous êtes le/la seul(e) à savoir où chercher dans votre désordre ultra-sophistiqué.

L’ordre est mort, Vive le désordre ! Reste plus qu’à annoncer la bonne nouvelle à mon entourage.

Inutile de vous le cacher plus longtemps, j’avoue avoir défendu plus l’intérêt du désordre que celui du rangement, dans cette première partie. Sans doute parce qu’après tout, pour moi, comme le souligne Margaret Atwood:

“L’ordre est plus agréable que le désordre, mais le désordre est plus intéressant.”

Margareth Atwood

A la recherche d’un équilibre

Mea culpa. Me pardonnerez-vous ? Mais en réalité, est-ce que ranger ça ne revient pas à foutre le bordel dans son désordre ? Le Chat de Geluck ne marquerait-il pas un point, ici ?

Le chat de Geluck entouré de piles de livres et affaires de dessinateur.
Au fond est-ce que ranger ça ne revient pas à foutre le bordel dans son désordre ? Geluck

Il est clair qu’il ne s’agit pas de choisir un camp et d’ignorer l’autre. Il s’agit plutôt de trouver un équilibre, un niveau optimal de désordre qui permette à la créativité de s’épanouir, tout en maintenant un certain degré d’organisation.

D’ailleurs, dans la deuxième partie de mon article, je me repentis ! Oui, j’ai décidé d’aborder la question de ce “presque” équilibre, s’il existe ?, entre rangement et créativité. Et je partagerai mes tentatives pour y parvenir. On se retrouve très vite ? Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas, je m’efforcerai d’y répondre, bien sûr !

2 commentaires

  • DAvid

    Un article intéressant et fun qui met en avant les deux “techniques” : Ordre et désordre. J’ai un désordre partiellement important sur mon bureau, mais je n’ai japmais résolu la question de savoir si c’était une aide ou un handicap quand je travaille. :^)
    En tout cas, pou ajouter une citation sur le rapport ordre et désordre : “Le désordre, c’est l’ordre moins le pouvoir ! ” Léo Ferré.
    Pareil, je ne sais pas si ça fait avancer le débat, mais ça fait peut-être réfléchir…
    C’est génial d’avoir les sources en lien des références que tu évoques dans l’article.
    Et les dessins sont fun et bien trouvés !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *